miroir enlevé

Un miroir strasbourgeois Louis XV en bois doré, sculpté et gravé. Il présente une palmette strasbourgeoise à cinq feuilles d’acanthe rocaille ornées à la base de deux feuilles d’acanthe de profil en forme de «moustache». Les coins sont sculptés d’une bande coquillée soulignée par une feuille d’acanthe de profil. Le cadre mouluré est gravé de fleurettes dans l’apprêt de la dorure. Le verre réfléchissant, réalisé par une technique au mercure (conforme à la technique du XVIIIe siècle), a été placé dans la première moitié du XIXe siècle.

Ce type de miroir aux quatre coins sculptés et à palmette à cinq feuilles fait partie de la catégorie des miroirs strasbourgeois la plus ouvragée. On le retrouve après 1742, date de la fin de la construction du Palais Rohan, ancien évêché de Strasbourg. Il perdure jusque dans les années 1760.

Époque : environ entre 1742 et 1760.

Hauteur : 88 cm

Largeur : 67 cm

État de conservation : dorure ancienne, deux morceaux de feuilles de palmette remplacés (visible sur photo), plusieurs manques d’étain dans la partie verre (non visible sur photos).